À l’heure d’internet et des réseaux sociaux, le monde de l’art se trouve confronté à de nouveaux médiums de communication et de diffusion : les apps. Déjà exploitées dans le monde du divertissement, du cinéma et de la musique, de plus en plus d’outils sont créés dans l’idée de nous ouvrir au monde de l’art.

Magnus

© Magnus

Tout comme le permet Shazam depuis 1999, l’application Magnus permet l’identification d’une œuvre grâce à la prise d’une simple photographie. Lancée en 2016 par le jeune entrepreneur Magnus Resch, cette application d’art est disponible au téléchargement sur Apple Store et Play Store. Gratuite, elle vise à rendre le marché de l’art plus transparent et donc, plus accessible.

Smartify propose le même type de service. Une photographie d’une œuvre permet l’identification de celle-ci. Cartel complet, mais aussi notices de l’œuvre et de l’artiste permettent un accès facile à l’information. Cette application d’art vous ouvre donc à l’Histoire de l’art ainsi qu’à la collection virtuelle.

Mais le monde du web reste avant tout un monde de partage infini (c’est ce qu’on appelle la multitude). L’application Curiator, créée en 2014, l’a bien compris. L’idée est en fait celle de la mise en place d’une sorte de galerie virtuelle. Chacun pioche parmi les œuvres qu’il découvre, puis les publie sur le réseau, ce qui engendre un véritable partage entre les utilisateurs.

Cette dimension communautaire se retrouve évidemment sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, tous ces réseaux se manifestent comme d’excellents relais de communication pour les institutions et les artistes. Musées, galeries et créateurs sont alors en lien direct et constant avec les internautes (la multitude, encore une fois) et ce à travers les applications d’art.

Instagram

Capture d’écran de www.instagram.com

C’est tout de même Instagram qui prime dans le monde de l’art et des réseaux sociaux. C’est l’application (avec Tumblr) qui connaît la plus grande hype du côté des artistes. Elle permet un partage d’images et de vidéos. Elle offre une présentation sobre qui se prête à la mise en valeur de toutes sortes d’œuvres d’art : photographie, peinture, sculpture, architecture, graphisme…

Divercities a vocation à offrir au grand public la possibilité de découvrir des lieux de création innovants, émergents, indépendants. Au-delà du calendrier et de la géolocalisation, l’application associe playlists, vidéos et podcasts aux lieux insolites qu’elle répertorie. Vous pourrez ainsi faire des découvertes singulières hors des sentiers battus.

Envie d’exclusivité ? L’application Culture Secrets propose divers abonnements permettant d’assister à des événements spéciaux : rencontres d’artistes, visites privées d’ateliers et d’expositions, vernissages, etc. L’insolite s’allie à l’exclusivité pour vous offrir le meilleur de l’art et de la culture à Paris. Elle connecte le monde digital au monde réel.

Singulart

© Singulart

Pour ce qui est du marché de l’art, l’application d’art Singulart propose une base de données d’œuvres à acheter directement à des artistes du monde entier. De petits dossiers « zoom sur » permettent de découvrir les différents artistes avec des fiches spéciales destinées à mettre en avant les nouveautés sur l’application.

Dans le domaine du marché de l’art, il y a également les deux acteurs majeurs que sont Artsy et Paddle8. Ces deux concurrentes répertorient galeries et maisons de vente pour la commercialisation artistique en ligne. Elles s’adressent néanmoins plus aux collectionneurs qu’aux curieux, avec un système de documentation très élaboré.

Google Arts & Culture application

© Google Arts & Culture

Quant à l’information, l’application Google Arts & Culture est une véritable mine en matière d’Histoire de l’Art. Partenaire de plus de 1000 musées et de 70 pays, elle permet d’effectuer des recherches par courant, par période, par ordre alphabétique. Avec plus de 57 000 contenus, voilà un bon moyen de découvrir un artiste et ses œuvres.

Et on termine par une application d’art ludique. Artips propose gratuitement la publication de trois anecdotes hebdomadaires. Une équipe se charge de rechercher des tips et de les vérifier, bien sûr pour votre plus grand plaisir. Vous voilà au courant d’une histoire insolite et mémorable, le tout pour une Histoire de l’Art plus accessible.

(Photo de couverture – Capture d’écran de la vidéo de présentation de Magnus)

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook