À quelques kilomètres de la frontière birmane, l’agence a.gor.a Architects et la Clinique Mae Tao ont mis en place diverses commodités sanitaires et d’habitation. Le conflit, qui existe depuis les années 1940 entre la guérilla Karen et la junte militaire birmane, entraîne l’émigration des Karens qui se réfugient en Thaïlande.

a.gor.a-Architects-dormiotries

© Franc Pallares Lopez and Line Ramstad

a.gor.a-Architects-dormiotries

© Franc Pallares Lopez and Line Ramstad

Avec l’arrivée de plus en plus d’étudiants, la Clinique Mae Tao se retrouve contrainte de trouver de nouvelles solutions en termes d’installations matérielles afin de pouvoir accueillir le maximum de personnes. C’est pourquoi, en collaboration avec a.gor.a Architects, ont été mis en place des commodités temporaires capables de résister à l’environnement tout en répondant aux besoins de la population.

a.gor.a-Architects-dormiotries

© Franc Pallares Lopez and Line Ramstad

Avec peu de fonds et peu de temps, l’agence et la clinique ont dû trouver une solution rapide et viable en matière de logement. C’est ainsi que a.gor.a Architects a imaginé des dortoirs temporaires qui peuvent accueillir jusqu’à vingt-cinq personnes. Faciles à assembler, ces maisons se constituent majoritairement de bois de charpente récupérés de maisons délabrées et de bambous.

a.gor.a-architects-dormitories

© Franc Pallares Lopez and Line Ramstad

a.gor.a-Architects-dormitories

© a.gor.a architects

En moins de quatre semaines, ces constructions de 72m² permettent non seulement de loger un grand nombre de personnes, répondant ainsi aux besoins des réfugiés, mais également de faire de la prévention sur les problèmes liés à la déforestation. Pour un budget de 1 700 € par dortoir auprès de a.gor.a Architects, la Clinique Mae Tao a déjà entrepris d’en construire cinq, permettant l’accès à un abri à 125 réfugiés supplémentaires.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook