Jusqu’au 12 juin 2019, retrouvez Alex Merritt à la Galerie Booth pour sa première exposition « The Stranger ». L’artiste, connu pour ses huiles sur toile et une peinture de relief, expose ici une vingtaine de nouvelles œuvres.

Alex Merritt
© Galerie Booth

Les figures d’Alex Merritt n’existent pas vraiment. Elles sont cachées parmi des couches de peinture, et se font avaler par le paysage. Elles semblent ainsi être à la fois au centre de tout et au centre de rien. Incarnant le vide dans des espaces riches en couleurs et textures, ces figures se confrontent à toute l’angoisse existentielle du spectateur.

Peinture étalée, retouches incessantes, la matière du peintre devient une couche épaisse, granuleuse et séchée qui semble vouloir s’évader de la toile et nous avaler nous aussi. Ainsi, les œuvres d’Alex sont presque des univers bidimensionnels tout en profondeur : la peinture est objet.

Possédés par les paysages, les motifs récurrents de l’artiste rappellent le Cri de Munch par l’ondulation de la peinture comme désolation existentielle. Et les portraits qu’il en fait sont aussi profondément tristes, déclenchant l’empathie du spectateur, (malgré le fait qu’ils ne soient que des êtres de papier, de peinture et de crayon). En regardant le travail d’Alex Merritt au fond de vos pupilles, vous plongerez dans le noir aux travers de cris, des larmes, des grognements et des murmures.

Alex Merritt
© Galerie Booth
Alex Merritt
© Galerie Booth
Alex Merritt
© Galerie Booth
Alex Merritt
© Galerie Booth
Alex Merritt
© Galerie Booth
Alex Merritt
© Galerie Booth
Alex Merritt
© Galerie Booth