Andre Fortino a travaillé à l’ESAAA dans une recherche associant la danse, le yoga et le cinéma. Ancien sportif, il crée un art extrêmement physique, énergique et sauvage à travers des espaces souvent vides mais chargés d’histoires.

Ainsi, l’artiste explore l’audiovisuel pour partager ses performances. Pour sa première exposition en Amérique, il présente un triptyque de ses trois vidéos : Hôtel Dieu, Les Paradis Sauvages et Le Corps des formes. A travers une interrogation sur la réalité et la mémoire, l’artiste crée une œuvre offrant un grand nombre d’interprétations.

©André Fortino

Par exemple, Hôtel Dieu présente un personnage masqué (leitmotiv du travail de l’artiste) qui découvre et visite un lieu désaffecté. Il répond alors avec énergie à chaque élément qu’il croise. L’artiste, en visionnant plus tard la vidéo de cette performance, comprend le lien fait entre gestuelle et environnement. Sa réaction ayant été intuitive, il ne pouvait voir sur le moment les gestes qu’il entreprenait durant sa performance improvisée.

©André Fortino

Cette œuvre a inspiré Fortino et l’a poussé dans un travail d’écriture, qu’il a développé avec le vidéaste Hadrien Bels. Le but était de confronter des gestes instinctifs à plusieurs contextes et environnements différents. Pour finir, l’artiste a proposé à Christl, artiste danseuse, de mettre en place une chorégraphie en s’inspirant de cette première vidéo. Il s’agit de la troisième œuvre audiovisuelle du triptyque. La chorégraphie est très intéressante puisqu’elle se base, non pas sur les gestes de Fortino, mais sur le déplacement des éléments de l’espace, fondant alors l’artiste dans l’environnement.

©André Fortino

« En 2009, j’ai pénétré clandestinement dans l’Hôtel-Dieu de Marseille. J’imaginais simplement déambuler dans ce lieu avec un masque.
Mais la rencontre avec cet espace désaffecté et chargé d’une longue histoire médicale ainsi que le port de ce masque m’ont entraîné dans une expérience inédite. J’ai abandonné ce que je savais de l’art et des conventions sociales pour me transformer en une énergie pure. »

André Fortino
©André Fortino
©André Fortino
©André Fortino