L’exposition d’Annette Messager à la Galerie Goodman présente une vingtaine d’œuvres dont une nouvelle série de dessins. L’installation vidéo, Perdu dans les limbes, est au cœur du parcours de l’exposition et laisse place ensuite à une série de sculptures Sleeping Songs réalisées entre 2018 et 2019.

Annette Messager, Perdu dans les limbes (Ventre), 2019
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris

Sacs de couchage

Les sculptures de l’artiste sont formées par des sacs de couchage, des couettes ou autres doudounes, pour leur rendu plastique.

« Les couettes, sacs de couchage, doudounes, duvets sont des tissus récents, chauds, doux, cocons protecteurs. Ils prennent toutes sortes de formes et nous accompagnent jour et nuit sur nos corps habillés ou nus » (…) « ils peuvent évoquer le sommeil, les rêves ou cauchemars, l’amour, la sexualité, ou l’isolement.”

Annette Messager

Annette Messager réussit ici à rendre un effet de volume, d’ombre et de lumière, qui, à travers les plis boursoufflés et soyeux, suggèrent des formes qui nous sont familières : un cœur, des vulves ou encore une croix. L’artiste joue également sur le vide à l’intérieur de ces manteaux chauds. Sur l’absence du corps et de la chair. Seul des mains semblent ainsi surgir de ces formes, comme un appel à l’aide.


Annette Messager, Jumping, 2019
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele

Lecture allégorique

A travers ce travail de la matière, Annette Messager propose une lecture allégorique de la condition humaine dans des représentations de la naissance, de l’enfance, de l’amour et de la solitude. Innocents-Help, réalisé en 2017, s’inspire du Massacre des innocents de Poussin et évoque ces ombres fragiles et délaissées, ces personnes qui n’ont comme seul compagnon que leur sac de couchage. Comme une référence à l’actualité sur les sans-abris et les migrants.

Annette Messager, Sleeping Double Grey, 2017
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele

Un film, une installation et des fantômes

Entre des corps, des mains, des cheveux qui s’envolent, et un ventre rond qui se laisse palper, Perdu dans les limbes offre des images poétiques et fantomatiques

Petite Babylone, œuvre récente de l’artiste, est une installation qu’elle a ici disposée sur le sol. On y retrouve une atmosphère sombre et lugubre comme l’annonce d’une apocalypse.

« Babylone noire, détruite, envahie par quelques animaux : canard, écureuil, mouette, hamster… Des mains, des doigts sortent de certaines architectures, dessinant des ombres tournantes, mouvantes sur les murs. »

Annette Messager

Enfin, l’exposition présente une nouvelle série de dessins à l’acrylique entre représentation de l’anatomie féminine et fantômes.

Annette Messager, Petite Babylone, 2019
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Innocents – Help, 2017
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Birth, 2018
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Sleeping Purple Passion, 2018
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Sleeping Deep Red, 2017-2018
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Sleeping Land, 2019
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Sleeping Deep Bat, 2018
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele
Annette Messager, Sleeping Arms, 2017
Courtesy de l’artiste et de Marian Goodman Gallery, New York, Paris, Londres
Crédit photo: Rebecca Fanuele