C’est au sein de l’Institut Paolo Colosimo que la commissaire d’exposition Raisa Calvijo a monté l’exposition de Annalaura di Luggo : Blind Vision. Cette institution, qui se charge de l’éducation et des malvoyants à Naples, a prêté ses locaux pour faire vivre au spectateur une expérience hors du commun. Se confronter à la cécité, questionner l’exploitation des sens, tenter de comprendre l’expérience quotidienne d’une personne malvoyante, c’est là l’idée de di Luggo.

 

On tend de plus en plus à questionner la cécité et la manière de l’appréhender en société. C’est ainsi que se développent toutes sortes de campagnes de prévention, d’accompagnement, d’exposition. La recherche s’intéresse notamment à l’assistance visuelle de manière numérique. Intelligence artificielle et réalité augmentée, certaines entreprises telles que PANDA Guide proposent des solutions pour faciliter le quotidien des aveugles. Blind Vision questionne la vue, la cécité et cherche à dénoncer le comportement de certains face à cette dernière.

blind-vision-annalaura-di-luggo

© Annalaure di Luggo – Blind Vision

 

Au sous-sol de l’Institut Paolo Colosimo, le spectateur pénètre dans une vaste pièce plongée dans la pénombre. Bercé par une mélodie éthérée, il se laisse surprendre par des flashs lumineux colorés tandis que la musique laisse place à une voix, un récit. Cette lumière est en fait un grand œil au plafond, un œil qui appartient à une personne malvoyante ou aveugle. Chaque œil correspond à une histoire relatée par son propriétaire.

“I wish I could see my mother’s face”

“I wanted to become a soccer player”

“ Why me?”

“Just because I am blind, it doesn’t mean I am stupid”

C’est le procédé de macrophotographie qu’utilise Annalaura di Luggo, possible grâce à la mise en place d’une bague supplémentaire sur l’objectif permettant ainsi un tel rendu de l’iris. Il s’agit en fait de récits décrivant la vie sans vue : à chaque nouvel iris correspond un nouveau témoignage. Chaque œil est différent. Certains sont abîmés, d’autres déformés. L’une des pièces annexes à la salle principale présente d’ailleurs une sculpture d’œil que le spectateur est invité à toucher pour en comprendre la forme, entraînant en lui un questionnement sur le rapport entre les sens. Ceux-ci se développent ainsi plus amplement et se lient entre eux.

 

 

« À travers Blind Vision, Annalaura di Luggo prolonge sa recherche artistique qui explore la base de la pensée humaine et du comportement de notre société contemporaine. Son processus créatif repose sur l’usage de la photographie non seulement comme une ressource qui documenterait la réalité, mais aussi comme un instrument pour développer la métaphore visuelle. »

Raisa Calvijo, Commissaire d’exposition

 

Annalaura di Luggo

Née à Naples en 1970, Annalaura di Luggo est une artiste et femme d'affaires. dans son projet de Occh-IO/ Eye-I, elle étudie la cécité dans notre société contemporaine.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook