Icône gay du monde du cinéma, photographe… Bruce LaBruce tend à éveiller en chacun de nous des réactions très fortes face à des images peu délicates. C’est au milieu des années 1980 qu’il entreprend sa carrière de réalisateur au devant de la scène de la culture punk gay : le queercore. Aux côtés de G.B. Jones, il publiera le zine J.D.s, qui proposait photographies, musiques, textes en tout genre. Lorsqu’il rappelle son premier intérêt pour le mouvement punk, il évoque immédiatement son identité homosexuelle.

« Je n’avais pas l’impression de m’intégrer dans la culture gay mainstream, que je concevais comme exclusive, bourgeoise et que j’associais à la classe moyenne blanche. Je provenais de la classe ouvrière, donc je gravitais plutôt vers les punks anarchistes qui se battaient contre les institutions et les intérêts d’affaires. »

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Très fortement lié au sexe et à la sexualité, le travail de Bruce LaBruce a souvent provoqué la discorde. Il a, tout au long de sa carrière, essuyé beaucoup de critiques, mais dit avoir appris à vivre avec. Ses œuvres éveillent en certaines personnes des réactions très fortes, qui ont mené à la menace de clôture d’expositions et à l’interdiction, dans certains cas, de montrer certains de ses films.

D’autre part, quelques-unes de ses créations ont été détruites par des groupes chrétiens extrémistes, du fait qu’il cherche à montrer l’in-montrable. Pour Bruce LaBruce, la réflexion sur le confort est inhérente à son processus créatif et c’est là l’une des raisons pour lesquelles il étudie les côtés les plus sombres de la sexualité : zombies, vampires, skinheads…

« Embrace the unacceptable openly. »

– Bruce LaBruce

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

The Reluctant Pornographer ou Le Pornographe Réticent, voilà le surnom qu’a choisi LaBruce pour se qualifier. Une partie importante de son travail, dans ses films ou dans ses photographies, repose sur l’ambivalence existant entre ce qui se doit d’être implicite et ce qui se doit de ne pas l’être. Il se joue donc de la critique et de l’observation, voyant « la pornographie [comme] un inconscient collectif » qui permet aux « gens de [se] libérer de leurs fantasmes politiquement incorrects. » Dans ses films à la Super8, il étudie cette ambivalence de l’explicité face à la sexualité et à tous ses travers. C’est d’ailleurs au cours de tournages qu’il a adopté le nom Bruce LaBruce. Il s’agissait pour lui d’un moyen – entre autres – de détacher sa vie personnelle de sa vie professionnelle, de se protéger. Néanmoins, il viendra à confondre sa personnalité réelle et son personnage inventé. C’est alors qu’il commence à se poser la question de la schizophrénie, de l’identité.

« Losing track of where one ends and the other begins. »

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Souvent exposé et présenté dans des festivals cinématographiques, ce qui fascine chez Bruce LaBruce, c’est tout particulièrement le processus de réflexion. La question du confort, de l’acceptable, du socialement et politiquement correct… il voit en l’artiste un vecteur d’interprétation ou de réflexion de la culture, mais il souhaite, qu’à travers son travail, la possibilité d’introspection individuelle reste accessible, jouant alors de l’ambiguïté qu’il instaure dans ses œuvres. Il dit d’ailleurs – que ce soit en tant que réalisateur ou en tant qu’artiste – rechercher la zone d’inconfort. « Je me pousse dans des zones où je me sens mal à l’aise par rapport à ce que je représente. […] Est-ce que je devrais être en train de faire ça ? Est-ce que je vais trop loin ? Qu’est-ce que je suis vraiment en train de dire ? »

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

Du 28 octobre au 12 novembre 2017, la Gallery 46 de Londres présente l’exposition The Haus of Bruce LaBruce.

“If you think I’m being sincere I’m actually being sarcastic, and if you think I’m being sarcastic I’m actually being sincere.”

Bruce-LaBruce

© Bruce LaBruce

 

Bruce LaBruce

Né au Canada en 1964, Bruce LaBruce est un acteur, réalisateur, photographe. Souvent qualifié de controversé, son travail étudie la sexualité et les tabous dont elle souffre en société.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook