Pour sa première exposition institutionnelle en France, Mohamed Bourouissa investit le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris jusqu’au 22 avril. Urban Riders est un composé d’oeuvres pluri-médiums (dessins, photographies, films), basé sur un voyage de 8 mois à Philadelphie auprès des cavaliers afro-américains locaux.

Bourouissa -art-moderne-virtute (2)

Horse Day, 2015

Mohamed Bourouissa s’est particulièrement illustré par une approche que l’on pourrait qualifier de “déconstructrice” des imaginaires sociaux portant sur les classes et les identités sociales, grâce notamment à la photographie. Pour éviter la stigmatisation et les caricatures : le naturel des clichés de la série Nous sommes Halles, ou bien la soigneuse mise en scène de ceux de Périphériques.

Par le travail artistique et le cheminement réflexif, Mohamed Bourouissa cherche à faire exploser certains systèmes de représentation, d’association, de symbolisation pour souligner l’aspect construit et multi-originel des stéréotypes culturels.

bourouissa-virtute-art-moderne (14)

Skin and paper, 2014

L’un des objectifs de l’exposition Urban Riders est d’appliquer cette entreprise de déconstruction au cas du “cow-boy”. Là où Hollywood a édifié l’une des grandes figures mythologiques de l’homme viril blanc, Mohamed Bourouissa entend exposer l’envers du décor de la vie de cow-boy (la crasse, le labeur, les soins), ses origines réelles (festivités mexicaines, arabes, africaines) et surtout l’une de ses actualisations dans le quartier Strawberry Mansion, Philadelphie.

bourouissa-virtute-art-moderne (13)

Sans titre, 2013

Á la manière d’un ethnologue réalisant une enquête de terrain participative, Mohamed Bourouissa passe près de 8 mois dans les écuries associatives de Fletcher Street pour réaliser une oeuvre cinématographique aussi fidèle que possible au quotidien des cavaliers qui les fréquentent.

bourouissa-virtute-art-moderne (9)

Horse Day, 2015

Ce film existe et est partiellement visible dans l’exposition. Horse Day relate l’organisation par Mohamed d’un évènement : une journée de démonstration et de parade à cheval.

Très inspiré par la tradition du “tuning” de véhicules, l‘artiste a mis en place à cette occasion des rencontres entre artisans locaux et cavaliers dans l’objectif de créer des costumes inédits.

Le film, à la dimension parfois documentaire, retrace ces échanges et donne à voir le processus de lente mise en place de l’évènement parmi la communauté.

bourouissa-art-moderne-virtute (6)

Horse Day, 2015

Mais si la conception du film était bien à l’origine – le coeur et l’aboutissement du voyage de Mohamed Bourouissa – , la projection de ce dernier ne constitue en fait qu’une des parties de l’exposition du Musée d’Art Moderne.

En effet, pour l’une des premières fois, l’artiste décide, selon ses termes, “d’assumer” le dessin comme un médium à part entière. Toute une section, dont la scénographie rappelle un labyrinthe sinueux, est ainsi consacrée aux croquis et aquarelles de l’artiste.

bourouissa-virtute-art-moderne (10)

Sans Titre, série Horse Day, 2014

Ce corpus représente une nébuleuse de pensée, le stade de réflexion de l’artiste, aboutissant dans la salle suivante à la projection du film.

La constellation des dessins offre à la vue du spectateur des collages de western, des portraits de cavaliers, des annotations -à la manière, parfois, de story-board. Le tout annonce le film à venir et témoigne du processus de maturation du projet de Mohamed Bourouissa.

bourouissa-art-moderne-virtute (3)

Sans Titre, série Horse Day, 2017

Dans la dernière partie de l’exposition, ce sont des pièces de carrosseries qui sont exposées. Une nouvelle référence au tuning, à n’en pas douter, puisque ces pièces ont pour particularité d’être le support de certaines photographies de Mohamed Bourouissa.

Là encore, ce sont les visages et les territoires de Strawberry Mansion qui font office de modèles.

bourouissa-art-moderne-virtute (4)

Demain c’est loin, 2017

"Urban Riders" is the great @mohamedbourouissa's show at @museedartmodernedeparis !

A post shared by Grégoire Prangé (@gregoireprange) on

Urban Riders présente donc la genèse, le processus de mise en place et l’aboutissement du projet initial de Mohamed Bourouissa : le film Horse Day. L’artiste effectue la propre archéologie de son oeuvre et il semble que cette intelligence soucieuse souhaite partager avec nous, visiteurs, les instants de doutes et de fulgurances qui ont pu le traverser.

Les quelques cent oeuvres exposées constituent donc un réseau documentaire, dont l’objectif était notamment de fournir une vision exempte de stéréotypes de ce qu’est, dans ce quartier de Philadelphie, être cavalier. Or tout le mérite de ce travail est peut-être là : produire une ligne de force fulgurante, pendant la durée du film, le temps d’une visite, qui permette de fêler l’imagerie hollywoodienne du cavalier.

bourouissa-virtute-art-moderne (11)

Horse Day, 2015

Être un cow-boy sans être John Wayne, c’est possible, et même nécessaire tant il est aujourd’hui urgent de ménager, pour les diverses communautés, des espaces d’expression libres pour lutter contre les phénomènes d’acculturation massive.

Or, par l’organisation de l’évènement Horse Day et de cette exposition, Mohamed Bourouissa semble s’être efforcé de produire l’occasion d’une reconnaissance ; celle d’une identité méconnue, celle du cavalier afro-américain.

bourouissa-virtute-art-moderne (8)

Sans titre, 2014

Cette démarche n’est évidemment pas neutre, elle vise (et parvient) à miner un certain édifice imaginaire impulsé par le cinéma états-unien qui avait marginalisé et exclu d’autres pratiques, d’autres figures. Il nous semble que le travail de Mohamed Bourouissa, quoiqu’il puisse parfois donner l’impression d’une étude studieuse, doive plutôt être ressenti dans toute sa complexité comme un cri – un cri militant, sans doute, contre le monopole du pouvoir symbolique, et pour la légitimation des identités plurielles.

bourouissa-virtute-art-moderne (11)

Fairmount park, 2015

(Images Courtesy de l’artiste et kamel mennour, Paris/London © Adagp, Paris, 2017)

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook