La dernière création de Nor est une véritable ode aux nuances de la couleur. Avec Dyebirth, une machine autonome régie par un algorithme, le studio japonais basé à Tokyo entend illustrer les beautés de la composition aléatoire du vivant.

nor-dyebirth-virtute (2)

Grâce à une équipe constituée d’ingénieurs, d’architectes, de programmeurs et de designers, Nor mit au point une opération de création en continu. Indépendamment de toute intervention humaine, des gouttes d’encre sont déposées à différents endroits par Dyebirth sur une surface plane composée d’une solution aqueuse de polyacrylate de sodium.

nor-dyebirth-virtute (3)

Si la machine répond bien à un algorithme préalablement conçu par l’équipe de Nor, le résultat relève quant à lui du hasard puisque les phénomènes de réactions entre les encres sont totalement imprévisibles. Ainsi, ce qui se joue dans l’installation Dyebirth, c’est une image des jeux d’agencement, d’organisation, et de dégénérescence des processus biologiques.

nor-dyebirth-virtute (5)nor-dyebirth-virtute (10)

Aux subtils enchantements des langues de feu, des magmas psychédéliques et des nervures violacées succèdera inévitablement l’épidémie du noir. Dès lors que les doses d’encres mélangées excèdent un certain seuil, les teintes chromatiques tirent vers l’obscur, rappelant par là les logiques de finitude et de renouvellements incessants qui régissent les mécanismes vitaux.

nor-dyebirth-virtute (4)nor-dyebirth-virtute (6)nor-dyebirth-virtute (8)nor-dyebirth-virtute (9)

(© Nor)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer