Depuis 2010, Emmanuel Georges parcourt les Etats-Unis. Muni de sa chambre photographique, il capture l’essence de la grandeur passée du rêve américain.

 

 

C’est en 2010, à Détroit, que l’aventure démarre. Depuis, Emmanuel Georges a exploré le Montana, l’Arkansas, le Texas, l’Oklahoma, le Colorado ou encore le Nouveau Mexique. Après plusieurs milliers de kilomètres parcourus à travers le continent américain, il a rassemblé ses clichés dans une publication. America Rewind, aux éditions Hatje Cantz.

Un road trip photographique

A travers ce road trip photographique, Emmanuel Georges propose une relecture contemporaine de la géographie urbaine américaine et tire un portrait poignant du rêve américain déchu. C’est avec poésie qu’il capte les symboles de sa grandeur passée, restituant alors ce qu’il reste de l’Amérique des années 50 et 60.  

 

 

Cinémas et magasins fermés. Motels abandonnés. Façades délabrées et envahies par la végétation. Vieilles enseignes. Voitures défraîchies. Ces clichés nous plongent dans une ambiance tout droit sortie d’un film de Wim Wenders. Chacun de ces décors est vidé de toute présence humaine. Emmanuel Georges photographie des paysages déserts. La mélancolie et la solitude qui s’en dégagent alors n’est pas sans rappeler le travail du peintre Edward Hopper.

Avec cette série, Emmanuel Georges synthétise la fin d’une époque. America Rewind est un travail de mémoire dont l’approche photographique est documentaire et frontale. Le photographe nous restitue ainsi la poésie de ces lieux oubliés. Les couleurs profondes et intenses en révèlent aussi leur beauté.

 

 

 

Credits images : all rights reserved © Emmanuel Georges

  •   + | share on facebook