Initié à l’instantané dès ses dix ans, Francis Grosjean devient vite l’un des photographes les plus prometteurs de sa génération. Son parcours est ponctué de nombreuses récompenses et marqué par une longue période entièrement consacrée au cinéma. Aujourd’hui, Francis revient à ses amours de jeunesse avec l’exposition NATURE DIVINITYfrancis-grosjean-virtute (2)

Du 2 au 14 juillet, Francis investit le temple d’Arles dans le cadre du festival photographique Voies Off. Il y présentera une série de 12 clichés géants en l’honneur des cinq éléments chinois ainsi que la visite en réalité virtuelle d’une future exposition qui aura lieu à Pékin.

Selon les philosophies d’Asie orientale, la nature est composée non pas de quatre éléments primordiaux, mais de cinq : l’eau, la terre, le feu, le bois, et le métal. Dès la dynastie Zhou (480-221 av. J.-C), cette théorie fait foi et dans les traités médicaux et dans les systèmes de représentation du monde en général.

Pour dégager quelque chose comme un essentiel à partir de ces croyances, Francis alterne entre photographies microscopiques, prises de vue aériennes et perspectives fractales de la nature.francis-grosjean-virtute (3)

Face à ces oeuvres monumentales, le visiteur expérimentera assurément le fameux sentiment du sublime, dont Emmanuel Kant fit en son temps le coeur de l’ouvrage Critique de la faculté de juger. Les grands formats de Francis Grosjean (4m de haut tout de même) nous mettent face à une nature hallucinée, absolument supérieure, écrasante sous tous rapports.

Le mystère et l’étrangeté s’en dégageant imposent le respect et nous ramènent à la crainte primitive de l’humanité vis-à-vis des manifestations de la nature.francis-grosjean-virtute (4)

Puisque la flamme de nos briquets et l’acier de nos voitures ne nous évoquent plus que de vulgaires instruments, il était impératif de rendre aux éléments toute la superbe de leur dimension mythologique.

L’humain n’a jamais “maitrisé” la nature, il s’agit là d’un fantasme erroné dont la dangerosité nous est chaque jour violemment rappelée. Pour articuler cette vérité, Francis Grosjean a fait le choix de présenter ces versions transcendantes de notre environnement.francis-grosjean-virtute (5)

À l’ère de l’anthropocène gargantuesque, où l’on oublie aisément que l’environnement est un milieu commun dont nous tous sommes dépendants, il est bon qu’un artiste tel que Francis Grosjean donne une voix à ces substances sous les traits de divinités.

Du tourbillon insaisissable du feu à la symétrie implacable du métal, on sent l’effort qu’a déployé Francis Grosjean pour saisir toute la noblesse des cinq éléments dans ce qu’ils ont de plus spécifique.francis-grosjean-virtute (9)

Avec déférence et ingéniosité, Francis joue des échelles, des formes et de la saturation chromatique pour transfigurer notre perception de la nature. La série Bois ne représente pas tel ou tel végétal, il est le bois même sous sa forme divinisée.francis-grosjean-virtute (6)

Plus que des constituants primordiaux de la nature, les cinq éléments représentent les processus fondamentaux qui organisent et régissent le devenir terrestre par leurs interactions. Les oeuvres de Francis, en donnant un visage à la nature, problématisent, questionnent et interpellent le public à la manière d’un face-à-face mystique, dont il paraît malaisé de sortir indemne.francis-grosjean-virtute (7)

Les visiteurs du temple d’Arles pourront par ailleurs trouver au coeur de l’exposition des casques de réalité virtuelle fournis par Notoryou. Leur mise à disposition permettra de découvrir en exclusivité le solo show NATURE DIVINITY – LES 5 ÉLÉMENTS, qui aura lieu à Pékin fin 2018.

Accompagné de musiques originales composées par Khalid’K à la manière d’un dialogue entre musiciens chinois et bruitages naturels, le spectateur visionnera une scénographie de la forme du cercle Yin/Yang, où 72 photographies seront réparties.francis-grosjean-virtute (11)

Les éléments, auxquels sont associés des mouvements créateurs (Feu, Métal, Bois), seront placés sur un fond blanc représentant le Yin, force lumineuse et vive. De l’autre côté, le fond noir du Yang sera le support des clichés extraits d’Eau et Terre.

Une expérience immersive s’annonçant convaincante pour parfaire un travail, dont la sensibilité pénétrante nous ravit déjà.francis-grosjean-virtute (10)

francis-grosjean-virtute (8)

Plus d’information sur son site internet : https://www.francisgrosjean.com/

(© Francis Grosjean)

  •   + | share on facebook