L’artiste et photographe français Maxime Passadore s’est d’abord fait connaître en tant que reporter dans l’émission Paris Dernière. La galerie de street art Ground Effect présente une exposition sur son projet de photographie “Genesis”, une réflexion sur les liens entre les nouvelles technologies, l’art et le digital.

Genesis, un projet commencé en 2015, s’inspire des univers de science-fiction dominés par la technologie et de l’esthétique cyberpunk. Les images proposent une réflexion sur le transhumanisme, un mouvement qui promeut l’usage des sciences pour l’amélioration des capacités humaines. Maxime réfléchit également à la place de l’Homme dans un futur, où la technologie serait omniprésente et les frontières entre la réalité et le virtuel de plus en plus poreuses. 

Cette série a été composée à partir de photographies argentiques et numériques. Les clichés ont été transformés et sublimés grâce à des procédés d’art digital pour construire cet univers dystopique digne de Blade Runner. 

Maxime Passadore expérimente sans cesse de nouvelles formes d’esthétique. On peut admirer son talent sur son site et Instagram.

Exposition Genesis : « a transhumanist odyssey » jusqu’au 14 juillet 2018 à la galerie Ground Effect

(Genesis © Maxime Passadore)

  •   + | share on facebook