Internet est un désert. On y déambule pendant des heures afin d’y épancher sa soif. Les mirages sont nombreux, mais par moment on trouve de véritables oasis. Le designer français Clément Balavoine en fait partie. Nous l’avons découvert à l’occasion de la révélation du costume spatial d’Elon Musk et depuis, nous le suivons avec le plus grand intérêt. Interview inédite de VIRTUTE d’un talent protéiforme et futuriste.

 

VIRTUTE : Si l’interview devait s’arrêter avant de commencer, quel serait ton message le plus important ?

Clément Balavoine : Il faut créer pour améliorer

balavoine designer

Designer, photographe, mode, tu as beaucoup de casquettes. Comment en es-tu venu au design, quel est ton parcours ?

Pour faire court, j’ai eu la chance de grandir avec ce rêve de devenir un “créateur”.

J’ai toujours dessiné et construit un peu de tout et les industries créatives (Design, Mode, Films, Jeux Video) m’ont toujours fait rêver.

J’ai donc décidé d’étudier “Design de Produit Industriel” pour ensuite partir à Londres, où j’ai commencé par être stagiaire et ensuite devenir “Assistant Designer” pour une marque finlandaise collaborant avec Iris van Herpen.

Après une année à Londres, j’ai eu l’opportunité de travailler entre Hong Kong, Guangzhou et Amsterdam pour la marque United Nude pendant 2 ans. J’ai pu découvrir et me perfectionner dans la modélisation et l’impression 3D sur des projets en collaboration avec Zaha Hadid ou encore Ross Lovegrove.

En 2013, j’ai aussi commencé à vraiment m’intéresser davantage au Concept Art, ce qui m’a ouvert les yeux sur toutes les possibilités liées à la 3D et aux technologies.

Aujourd’hui, je suis basé à New York, où je développe des campagnes pour Adidas Originals et continue de developper mes projets personnels.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Artiste ou artisan ?

Pour répondre à la question, je dirais un peu des deux, comme tout designer, car cette profession demande d’avoir une vision à la fois d’artiste, de technicien mais aussi d’entrepreneur.

Mais je me définis réellement comme un apprenti. Ce qui me plaît vraiment, c’est constamment d’observer, d’apprendre, d’experimenter et de construire. Cette approche me force toujours à prendre des risques et à éviter de rester dans la zone de confort que peut créer la répétition d’une technique, d’un style ou l’utilisation systématique du même software.

Apprendre de nouveaux softwares 3D fait vite perdre confiance en soi et c’est la façon que j’ai trouvée pour casser tout ego et faire évoluer mon travail.

 

Tu es également le fondateur de Neuro, peux-tu nous en dire plus ?

Neuro est le résultat d’une longue réflexion sur l’industrie de la mode et ses défauts.

Me plongeant dans différentes industries, j’ai réalisé à quel point le processus de la mode est très mal optimisé.

J’ai donc décidé de créer une collection digitale pour illustrer un processus que j’ai imaginé et qui revisite toutes les étapes, du concept à la production jusqu’au moment où le consommateur achète une piece.

Le résultat est une proposition qui limite tout déchet et permet de prototyper, promouvoir et vendre une collection avant même de pouvoir la produire.

C’est maintenant un processus que j’utilise, explore et améliore de projet en projet.

Interview de Clément Balavoine, le designer du turfu neuro 6Interview de Clément Balavoine, le designer du turfu neuro 9

Pour connaître ton œuvre plus en détail, peux-tu nous donner trois thématiques sur lesquelles tu travailles, avec des exemples d’œuvres ?

Intéressante question!

Je dirais:

-Transhumanisme : Edifice de Ash Thorp / Ghost in the Shell 1995 (Animated Movie)

-Ecologie: The Revenant de Alejandro González Iñárritu / Blade Runner 2049 de Dennis Villeneuve

-Exploration Spatiale: “Orbital Ascend” de Michael Najjar / EPOCH de Ash Thorp / Interstellar de Christopher Nolan /

 

Adidas, Nike, United Nude… autant de marques avec lesquelles tu as travaillé. Quelle serait la collab de tes rêves ?

J’ai plus envie de travailler avec des personnes qu’avec des marques à vrai dire.

J’aimerais beaucoup développer des projets avec Ash Thorp, Maciej Kuciara ou encore Vitaly Bulgarov. Iris van Herpen est aussi une créatrice pour laquelle j’ai beaucoup de respect.

Interview de Clément Balavoine, le designer du turfu nike 2

 

Quel est le rôle du designer dans nos sociétés ?

Je pense qu’aujourd’hui tout designer a plusieurs grandes responsabilités.

Premièrement, celle de concevoir des produits qui répondent aux besoins actuels de la population ou même anticiper ces besoins.

Deuxièmement, celle de penser à de nouvelles techniques de conception ou de production pour tout produit qu’ils imaginent pour changer les vieux processus désuets.

Troisièmement, celle de concevoir quelque chose qui peut évoluer, créer un produit ou un système duquel quelqu’un peut s’inspirer et continuer à améliorer – une sorte de mission de créateur en créateur pour un meilleur futur ?

Enfin, tout designer a le devoir de partager son savoir et d’aider les prochaines générations à concevoir un meilleur futur.

L’architecture tient une part importante dans ton inspiration et dans ton travail. Quels sont les architectes qui te fascinent aujourd’hui ? Quelles réalisations ?

Je pense que, comme beaucoup de personnes, j’aime beaucoup le travail de Zaha Hadid ( Jockey Club Innovation Tower / Galaxy Soho / Heydar Aliyev Center).

Mais aussi Ben van Berkel avec UNSTUDIO ou encore Fernando Romero (Soumaya Museo).

Interview de Clément Balavoine, le designer du turfu zaha hadid 1

La technologie est au cœur de ton travail, quel est ton rapport avec elle ?

Je pense qu’on est une génération assez chanceuse… J’ai vu internet grandir et la qualité graphique des jeux video s’améliorer. Ces deux évolutions ont été deux éléments très importants dans mon développement créatif autant que dans mon rapport à la technologie.

Je pense que les jeux video m’ont beaucoup appris sur l’utilisation des technologies, mais aussi sur les “user interface” et “user experience”.

Cela fait donc longtemps que j’entretiens une relation avec la technologie, et j’ai appris à experimenter avec elle.

 

La conviction de VIRTUTE est que nous vivons une époque comparable à la Renaissance des 15ème et 16ème siècles. Data, IA, Médecine, Art … Qu’est-ce qui te fascine le plus aujourd’hui ? Que crains-tu ?

Je suis bien sûr fasciné par SpaceX et sa rapide évolution et aussi impressionné par le deep learning. Ce que je crains le plus, c’est Neuralink et le Transhumanisme en général.

En conclusion, je suis à la fois fasciné et terrifié par ce qui va se passer dans les dix prochaines années.

Une exclu à nous donner ?

(Rires) J’ai appris à garder secrets les projets sur lesquels je travaille !

 

Clément Balavoine

Clément Balavoine est un artiste, designer et photographe français. Gravitant autour du milieu de la mode et de la tech il enchaîne des collabs/hack avec de grandes marques comme Nike, Adidas ou Space X.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook