Glauque avez-vous dit ? Indubitablement, l’artiste japonais Kazuhiro Hori flirte avec le malsain. Dans ses toiles se côtoient avec une troublante promiscuité jeunes écolières, sucreries géantes et peluches horrifiques. Malgré cette récurrence du motif, il n’y a jamais rien de complaisant dans les oeuvres de Kazuhiro.

kazuhiro-hori-virtute (3)

Ces songes d’enfants déchus renvoient surtout à la période difficile que constitue le passage à la pré-adolescence. Alors que la sexualité affleure, avec son lot d’incompréhensions et d’inquiétudes, l’univers auréolé de l’enfance se métamorphose. Ici, la confiture symbolise les règles, les sucettes font office de raccourci phallique, et la gourmandise est l’analogue de la libido.

Alors que les années passent, le droit à l’innocence s’érode et gare à celui qui se risquera à l’exutoire des retrouvailles avec les avatars de son enfance : il y trouvera des monstres.

kazuhiro-hori-virtute (5)kazuhiro-hori-virtute (6)kazuhiro-hori-virtute (7)kazuhiro-hori-virtute (8)
kazuhiro-hori-virtute (10)kazuhiro-hori-virtute (11)

Du 30 juin au 22 septembre , vous pourrez retrouver le travail de Kazuhiro Hori dans la galerie L.J à l’occasion de l’exposition « XENOLITH » : diversité de l’art contemporain japonais à Paris.

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook