Depuis cet été, vous avez été nombreux à remarquer un étrange objet trôner sous la pyramide du Musée du Louvre à Paris. Et pour cause, il s’agit de “Throne”, une sculpture monumentale d’or de plus de 10 mètres de haut réalisée en 2018 par l’artiste japonais Kohei Nawa. Elle est à voir jusqu’au 14 janvier 2019 dans le cadre de Japonismes 2018.

Kohei Nawa fait suite à de nombreux artistes contemporains ayant installé leurs œuvres sur ce socle aux propriétés magiques. Claude Lévêque, Tony Cragg, Wim Delvoye, Loris Gréaud… Tous ces plasticiens ont bénéficié de la mystique de cet alignement parfait entre les astres, la pointe de la pyramide du Louvre et le coeur de l’histoire de l’art.

Avec Kohei Nawa, on dépasse la magie, on entre dans un territoire inconnu. L’artiste, originaire d’Osaka et vivant à Kyoto, a voulu faire de cette oeuvre un manifeste. Celui du passage violent d’un temps à un autre. En effet, pour Kohei Nawa, “Throne” symbolise une nouvelle puissance, la puissance actuelle de la machine intelligente et omniprésente. Le trône, à l’image de la nouvelle gloire numérique, est placé sous la pyramide symbolisant, quant à elle, l’idée d’un pouvoir disparu. Le pouvoir des égyptiens, première civilisation humaine, ou celui de l’Occident, dont la plus haute représentation est rassemblée au Louvre.

Quelque chose de curieux se produit lorsque l’on découvre l’œuvre pour la première fois. Que l’on entre au Louvre depuis la Pyramide ou depuis une entrée annexe, que l’on soit sous l’œuvre ou face à elle, on est immédiatement empli d’un sentiment d’immuabilité ; comme si cette sculpture avait toujours existé. Elle apparaît, surgit et s’impose de manière totale. Elle est en cela semblable à l’Intelligence artificielle, qui paraît tout aussi inévitable aujourd’hui.

Elle exerce sur le visiteur une fascination. La réflexion de la lumière sur l’or change la sculpture et la rend quasiment vivante. Mais outre cette beauté kitsch du premier abord, nous fait-elle peur ? Difficile à dire car son caractère majestueux ne semble pas belliqueux. Néanmoins, elle est en mouvement, presque en fusion, dirons nous. On sent qu’il se passe quelque chose en elle et qu’elle progresse. Elle est conquérante.

Formellement, Kohei Nawa réussit son pari. De la fascination, on arrive vite à la réflexion. On prend conscience de manière physique que l’IA devient l’alpha et l’oméga de toute l’évolution humaine. Il est à présent temps de la questionner.

En évoquant les avancées qu’elle peut créer : émancipation de l’homme face au travail, vie éternelle, éradication des maladies… avec Laurent Alexandre :

 

Ou bien n’étant qu’une chimère prétexte à l’instauration d’un néolibéralisme liberticide avec Eric Sadin :

Btw : n’hésitez pas à suivre la chaîne Youtube Thinkerview qui a produit de nombreuses belles interviews abordant plusieurs sujets de société.

En attendant, RDV au Louvre !

Kohei Nawa Musée du Louvre Japonismes 2018 virtute 5

Copyright: Kohei Nawa

Photos : CLAD / THE FARM

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook