Le 23 septembre dernier, le musée de l’Elysée à Lausanne (Suisse) inaugurait le LabElysée, un espace d’expérimentation entièrement consacré à la culture numérique.

Cette institution culturelle, à l’origine dédiée à la photographie, questionne avec cette plateforme les nouvelles technologies et leur rapport à la photographie. Considérant qu’internet est devenu aujourd’hui un véritable outil de création, le LabElysée invite le visiteur à la fois au musée et en ligne à suivre et à participer au processus d’élaboration du musée de la photographie de demain.

Pour l’instant, le LabElysée s’est installé dans les combles de l’institution et sert de laboratoire avant l’installation du Musée de l’Elysée dans le futur bâtiment de PLATEFORME 10 * (ouverture prévue en 2021), où un espace de 200 m2 lui sera entièrement consacré.

“Alors qu’un nouveau quartier des arts est en construction à PLATEFORME 10, le LabElysée s’apparente au chantier numérique du Musée de l’Elysée. Nous avons quelques années avant le déménagement pour tester et expérimenter les outils et nouvelles technologies permettant au mieux de valoriser la photographie et d’en comprendre l’évolution à l’ère post-digitale. Nous invitons aujourd’hui tous les visiteurs à réfléchir avec nous sur la façon dont la culture numérique entre au musée“ affirme Tatyana Franck, directrice du Musée de l’Elysée.

Plateforme 10 – image de synthèse © Aires Mateus

Ce nouvel espace, à la fois physique et virtuel,  proposera des installations participatives, des conférences, des actions spécifiques sur le web et les réseaux sociaux en lien ou non avec les expositions temporaires. Il permettra aussi de communiquer sur le vaste chantier de la numérisation des collections et des bibliothèques du Musée de l’Elysée entrepris depuis plusieurs années.

Les défis de cette plateforme sont avant tout l’accessibilité des contenus et l’échange pour permettre au public de mieux comprendre les enjeux du numérique (les droits d’auteur, la big data, la réalité virtuelle et augmentée) et de réfléchir à la place des flux d’images issus de la multitude dans nos musées. Il est intéressant de se poser la question de la place de l’image numérique aujourd’hui dans un musée dédié à la photographie.

Comment l’intégrer aux espaces d’exposition de manière judicieuse sans pour autant tomber dans une scénographie facile en multipliant les installations interactives et les écrans tactiles ? Avec cette plateforme, Le LabElysée entre dans le débat sur la muséologie du XXIème siècle, encore à l’état de genèse.

Pour inaugurer ce nouvel espace, le LabElysée a lancé un projet participatif, #ceciestimportant, en collaboration avec Happy City Lab et qui propose de réfléchir à l’impact des images publiées sur les réseaux sociaux. Le visiteur est donc invité à partager sur Twitter ou sur Instagram l’image la plus importante de son smartphone en mentionnant #ceciestimportant. Ce projet tend à se transformer en une œuvre collective :  les images sont imprimées pour couvrir progressivement les murs du LabElysée.

 

 

 

* Réunir en un seul lieu le Musée cantonal des Beaux-Arts (mcb-a), le Musée de l’Elysée (musée cantonal de la photographie), le mudac (Musée de design et d’arts appliqués contemporains), ainsi que les Fondations Toms Pauli et Félix Vallotton, créera un espace unique, entièrement dédié à la culture, sur le site des anciennes halles aux locomotives, à Lausanne.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook