Alice Mann, photographe sud-africaine vivant à Londres, conçoit les portraits comme des collaborations avec ses modèles. Il s’agit notamment pour elle d’établir un lien sur le long terme avec ces derniers. Son but ? Mettre en place un véritable engagement de leur part, mais aussi une certaine responsabilisation.

Une culture oubliée

Lauréate de la bourse Joan Wakelin et finaliste du Prix photographe international féminin 2018, le travail d’Alice Mann s’expose depuis à l’international. Cette année, le Festival Photographique de Hyères 2019 l’a élue pour sa série de photos intitulée « Drummies ».

A travers ce projet, elle offre une représentation toute particulière des majorettes féminines des townships d’Afrique du Sud. Ces filles se nomment les « Tambours/Drummies », et font partie des communautés assez marginales du pays. Il faut dire qu’en Afrique du Sud ce sport était surtout populaire dans les années 80. Aujourd’hui, il est perçu avec une certaine mélancolie et seulement quelques communautés continuent de le pratiquer avec beaucoup de sérieux et d’ambition. Il demande un entraînement intensif et beaucoup de persévérance. C’est un privilège pour une fille de pouvoir jouer du tambour, cela est un signe de succès et d’engagement.

Je m’intéresse aux sous-cultures qui affirment de manière positive une identité collective ou individuelle. J’essaie de montrer au public des images valorisantes qui sont le reflet de la manière dont les gens se voient eux-mêmes, et qui mettent en valeur la dignité et la confiance de mes sujets. »

Taylim Prince is a grade 6 pupil, and one of the more senior members, who has been part of the drum majorettes team for 5 years.
Copyright Alice Mann, Courtesy AFRONOVA GALLERY

Confiance en ELLES

Ce sport garde certes un aspect très traditionnel dans sa manière de percevoir la féminité (très idéalisée). Néanmoins, il permet à ces filles d’avoir confiance en elles dans des sociétés où il est parfois difficile de ressentir ce sentiment en tant que femme.

Alice Mann voulait travailler sur cette notion de pouvoir et de féminité. Pour représenter ces filles, elle a dû suivre durant plusieurs années le quotidien d’une équipe de majorettes de sa ville natale à Cape Town. Encore une fois, le temps est un élément phare de son travail. Elle souhaite tisser des liens avec ses modèles, les connaitre mieux pour y dessiner ensuite un fil narratif, et ainsi nous offrir quelque chose de vrai.

« Je veux que quiconque regarde les images que je crée sache qu’il s’agissait d’une collaboration »

Les filles de ses photos sont des athlètes, grandes, fortes et puissantes. Malgré leur jeune âge, elles semblent diriger le monde. Les tons doux et pastels indiquent peut-être une innocente jeunesse mais contrastent avec leurs expressions plus dures et déterminées.

Wakiesha Titus and Riley Van Harte are two of the younger girls in the team. Their coach, Kayleen says it’s better if the girls start younger as being a part of the team improves their ability to concentrate, improving their perfomance in the classroom which gives them a head start.
Copyright Alice Mann, Courtesy AFRONOVA GALLERY
Lezance Jansen, Micah Adams and Warnesha Adendorf, three of the youngest members of the Helderkruin majorettes team, stand in front of a converted shipping container, used as a pre-fab classroom.
Copyright Alice Mann, Courtesy AFRONOVA GALLERY
Amber Matthews and Ra’eesha Maneveldt are two of the junior members of the drum majorettes team. Most of the girls join the team very young, in their first year of school.
Copyright Alice Mann, Courtesy AFRONOVA GALLERY
Tsion Pettinger and Dendalene Wessels, from the Hottentots Holland High Majorettes, in their formal ‘small-drill’ outfits. Both girls have achieved highly in the sport, on a provincial and national level, a testament to their unwavering commitment and motivation.
Copyright Alice Mann, Courtesy AFRONOVA GALLERY
Keisha Ncube is 9 years old, and is in her third year of being in the drum majorettes team.
Copyright Alice Mann, Courtesy AFRONOVA GALLERY