Les masques mystiques de Muriel Nisse

muriel-nisse-virtute (1)
Diplômée de l’École des Arts Décoratifs de Strasbourg, Muriel Nisse se passionne rapidement pour les différentes techniques d’ornementation du visage : maquillage, perruque et voile. De ce goût elle fait un métier, celui de perruquière à l’Opéra de Paris et développe un art : celui du masque. muriel-nisse-virtute (1) En usant de divers matériaux tels que la dentelle, les cheveux ou encore le sac plastique, Muriel Nisse confectionne des masques aussi envoûtants qu’éclectiques. Alors que certains d’entre eux rappellent l’esthétique séculaire de l’art tribal, d’autres penchent du coté des traditions baroques ou encore de l’art contemporain. muriel-nisse-virtute (4) Loin d’être un objet de décoration transitoire, le masque est ici oeuvre à part entière et surtout outil de réinvention de soi. Dans le même mouvement où il cache, et conformément aux traditions totémiques, le masque permet aussi d’investir un personnage nouveau. S’élabore alors un jeu ambigu, où un certain voilement de soi autorise la révélation d’une autre facette du moi. À telle création de Muriel correspond telle exacerbation : la sensualité, la délicatesse ou encore la violence, pourquoi pas. Plus encore, certains des atours invitent même, par leur caractère insolite, voire monstrueux, à un au-delà de l’humanité que Gilles Deleuze et Félix Guattari pourraient intituler “devenir-animal” ou “devenir-alien”. Au moment où nous habitons le masque et où il s’accole à notre face, nous nous hybridons vers quelque chose d’insoupçonné, d’inquiétant, de fascinant. muriel-nisse-virtute (3) Par l’ingéniosité de ses créations et l’intention qui les anime, Muriel renoue pour notre plus grand plaisir avec une tradition quasi chamanique usant du masque comme d’un médium exutoire. Ici, le masque guide et oriente vers des lignes de vie alternatives ; l’espace d’une heure ou d’une nuit, il organise la rencontre avec un autre que soi. On comprend dès lors mieux l’insaisissable mystère se dégageant de chacun de ces clichés car c’est l’identité même du modèle qui est expressément remise en question par le port du masque. muriel-nisse-virtute (4) Ces parures, fruits de plusieurs mois de travail pour chacune d’entres elles, Muriel les immortalise systématiquement par des photos prises en studio. Ce travail fût exposé en 2014 à l’espace Lézard de Colmar dans le cadre de l’exposition Fétiche et l’ensemble de ses œuvres se trouve sur sa page Tumblr. muriel-nisse-virtute (8)muriel-nisse-virtute (9) (© Muriel Nisse)   EnregistrerEnregistrer EnregistrerEnregistrer EnregistrerEnregistrer EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *