Pour la 58ème édition de la Biennale de Venise, le pavillon suisse, sous le commissariat de Charlotte Laubard, accueille les artistes Pauline Boudry et Renate Lorenz. A cette occasion, le duo d’artistes transformera le pavillon en une vaste installation immersive baptisée « Moving Backwards ».

Pauline Boudry / Renate Lorenz. Photo: © Bernadette Paassen

Cette exposition entend faire écho à la situation politique et sociétale actuelle, qui voit s’accroître le rejet de l’autre ou tout ce qui est différent. Les artistes y explorent les pratiques de résistance à cette époque de repli sur soi.

Ce projet, prenant la forme d’une installation filmique, propose aux spectateurs une expérience tant physique que sensorielle. Evoquant l’ambiance d’une boîte de nuit, l’installation met notamment en scène cinq performeurs-ses (Julie Cunningham, Werner Hirsch, Latifa Laâbissi, Marbles Jumbo Radio et Nach)  qui expérimentent des mouvements de « retour en arrière ». Notamment à travers des techniques de guerilla, des chorégraphies post-modernes, des danses urbaines, et des éléments de la culture underground queer.

Pauline Boudry / Renate Lorenz, ​Moving Backwards,​ 2019 (detail). Installation with film, curtain, stage, bar, publication and performances

Un journal gratuit est également proposé aux visiteurs. Il rassemble les contributions d’une dizaine d’auteurs-es issus-es des domaines de la philosophie, de l’art, de l’activisme politique, et des théories post-coloniales et queer.