L’artiste taïwanais Hsu Tung Han réalise des sculptures figuratives en bois qui semblent se décomposer en pixel. En s’inspirant du langage numérique, il habille ses figures de glitch (un bug numérique qui entraîne la décomposition d’une image).

L’artiste réalise d’abord une série de dessins et de modèles à l’argile. Composées ensuite comme des puzzles, ces sculptures sont taillées à partir de segments de noyer, de tecks ou de cire africaine.

De cette rencontre entre la sculpture traditionnelle et le pixel moderne, naissent des statues d’hommes et de femmes, aux formes semi-cubiques. Les pixels transfigurent ces sculptures et apportent à l’ensemble une certaine dynamique, donnant alors l’impression qu’elles sont en perpétuel mouvement.

 

 

(Images credits : all rights reserved © Hsu Tung Han)

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook