Du 4 au 7 avril 2019 au Grand Palais, se tiendra la 21ème édition de  ART PARIS, avec cette année, la mise à l’honneur des artistes femmes et une exploration de l’Amérique latine.

Affiche Art Paris 2019

Parce que

Art Paris 2019 est l’événement incontournable de l’année. LA foire internationale de l’art moderne et contemporain qui met en avant les scènes européennes de l’après guerre à nos jours, mais qui explore aussi les créations émergentes d’Asie, d’Afrique, du Moyen Orient ou d’Amérique latine.

Cette 21ème édition se déroulera du 4 au 7 avril au sein du Grand Palais sous le signe des femmes et de l’Amérique latine. La foire réunit pour ce printemps 150 galeries, témoignant d’une montée en gamme avec des galeries comme Filomena Saores de Lisbonne, La Patinoire Royale ou la Galerie Valérie Bach de Bruxelles.

© Marc Domage, 2018

Parce que des femmes

L’association AWARE (Archives of Women Artists, Research and Exhibitions) participe aussi au projet et propose 25 travaux d’artistes femmes à travers quatre thématiques : l’abstraction, l’avant-garde féministe, l’image et la théâtralité.

« Cofondé par Camille Morineau, historienne de l’art spécialiste des artistes femmes et directrice des Expositions et Collections à la Monnaie de Paris, AWARE a pour objet la création, l’indexation et la diffusion de l’information sur les artistes femmes du XXe siècle. »

Mais d’autres galeries ont aussi fait le choix de présenter des artistes femmes, comme la Galerie Éric Mouchet avec Isabelle Plat ou la Galerie Véronique Smagghe avec Pierrette Bloch. Les femmes sont donc à l’honneur, avec par exemple, des expositions monographiques consacrées à Leonor Fini, artiste peintre surréaliste née à Buenos Aires, ou encore Carmen Mariscal, artiste mexicaine, dont le travail questionne le genre et les stéréotypes sur les femmes.

Isabelle Plat
Je vous invite dans la veste de mon ami, 2018
©Galerie Eric Mouchet 

Parce que l’Amérique latine

Une vingtaine de galeries de tous horizons présente 60 artistes argentins, brésiliens, chiliens, colombiens, cubains, mexicains, péruviens et vénézuéliens. Des travaux parallèles viendront s’ajouter au projet à la Maison de l’Amérique latine.

“Le commissariat d’Étoiles du Sud : une exploration de l’art de l’Amérique latine a été confiée à Valentina Locatelli, commissaire d’expositions indépendante, basée en Suisse. “

La foire nous invite à explorer un parcours historique mais aussi actuel des scènes latino-américaines. Ainsi la Freijo Gallery se concentre sur deux artistes historiques : Germán Cueto, sculpteur représentant du stridentisme, et Felip Ehrenberg, « chef de file de l’école conceptuelle des années 1970 à Mexico ». D’autres galeries mettent en avant l’art abstrait géométrique des années 60/70 avec des artistes comme Carlos Cruz-diez au Venezuela ou Ivan Contreras-Brunet au Chili.

La scène cubaine proposera des artistes de différentes générations, comme les frères José Carlos Martinat et José Luis Martinat, connus pour leurs installations interrogeant le passé et le présent des sociétés postcoloniales. Tandis que la Balsa Arte mettra en avant des figures de la scène colombienne entre dessin, peinture et installation, et que la Galería Solo/Eva Albarran & Christian Bourdais exposera Carlos Amorales, figure majeure de la scène mexicaine. Le CCK (Centro Cultural Néstor Kirchner) de Buenos Aires, quant à lui, présentera une installation créée par l’artiste argentine Nicola Costantino, inspirée par Le Jardin des délices de Bosch. D’autres artistes argentins réaliseront des compositions monumentales sur les murs sud et nord de la nef du Grand Palais.

Julian Burgos
Let it ride, 2018
©La Balsa Arte

Art Paris accueillera une sélection d’œuvres d’artistes sud-américaines de la collection de Catherine Petitgas. Intitulée Amazones, cette exposition regroupera des artistes femmes provenant des pays du bassin amazonien. Leur travail interroge l’identité féminine et l’esthétique tropicale de ces régions dont l’écologie est menacée. 

“Catherine Petitgas est collectionneuse et historienne de l’art spécialisée en art moderne et contemporain, plus particulièrement d’Amérique latine.”

Parce que des artistes émergents

L’édition 2019 aligne un record de 45 solo shows. Le secteur « Promesses », accueille 14 galeries de moins de six ans d’existence pouvant présenter de un à trois artistes émergents maximum.

Jenni Hiltunen
Girl with Long Hair, 2017
©Ilex Gallery
Carolina Valls
Flexible (tribute to Rothko), 2018
©Shiras Galeria
Jacques Bosser
Polaroïd, 2011
©Pierre-Yves Caër Gallery