Le tatouage a longtemps été un milieu très hétéronormé, voire franchement homophobe. Une triste vérité qui tend peu à peu à s’estomper avec l’émergence et le succès de nombreux artistes tatoueurs, revendiquant une approche queer du tatoo.

adam-traves-virtute (2)

L’australien Adam Traves (ou Disinhibition) se place en figure de proue de ce mouvement avec ses messages militants, son encre rose et ses figurations de modèles masculins ultra-sexualisés : “en tant qu’artiste queer mâle, j’aime les designs qui s’axent autour du corps mâle pour exploiter, subvertir, et sexualiser la silhouette du genre masculin”.

Un cri esthétique pour une reconnaissance de la communauté LGBTQIA+, et un hymne enchanteur en faveur de l’exploration des infinies possibilités du champ de l’érotique.
adam-traves-virtute (3)adam-traves-virtute (4)adam-traves-virtute (5)adam-traves-virtute (6)adam-traves-virtute (7)adam-traves-virtute (8)adam-traves-virtute (9)

(Photos : Adam Traves)

  •   + | share on facebook