La 17ème édition de la Nuit Blanche, orchestrée cette année par Gaël Charbau, a eu lieu dans la nuit du samedi 6 octobre. Le commissaire a invité artistes et collectifs à investir les rues de la Capitale. 4 parcours, baptisés “Constellations”, ont pris place dans les quartiers des Invalides, de la Porte Dorée, de l’Île Saint-Louis et de la Villette. Retour en images sur nos pérégrinations nocturnes. 

Aux Invalides

Sur l’esplanade des Invalides, c’est un tournoi de foot qui a été organisé. Ce projet artistique a été mis en scène par l’artiste Julien Berthier en partenariat avec l’association Tatane.

“Mon super kilomètre” était l’un des événements phares de la Nuit Blanche pour lequel la Ville de Paris a piétonnisé un kilomètre entre le Musée de l’Armée et les Champs-Élysées sur une proposition du Studio UYO77. Plusieurs activités étaient proposées au public comme un roller derby, des performances de danse, des installations en partenariat avec le programme FIAC – Hors les murs ainsi que l’aménagement de food-trucks.

Sur le Pont Alexandre III

Investit par le collectif “Tanks For Nothing”, le Pont Alexandre III était exceptionnellement piéton et rebaptisé pour l’occasion “Pont des Échanges”. Au programme, une collecte géante d’objets au profit d’associations caritatives et des performances artistiques.

A la Cité internationale des arts et sur l’Île Saint-Louis

Les artistes Edgar Sarin et Mateo Revillo ont investi toute l’île Saint-Louis pour une performance collaborative intitulée “Un titanic, reprise”. 300 personnes – boulangers, médecins, enfants, anthropologues, musiciens, barmans – ont ainsi participé au projet. Ensemble et en fonction de leurs compétences respectives, ils ont créé des ex-voto pour “remercier les cieux” que l’île n’ait pas sombré lors des crues de la Seine. Au fur et à mesure de leur fabrication, comme une sorte de procession, les objets étaient ramenés à l’école primaire de l’île.

A l’Hôtel de Ville

La salle des fêtes de l’Hôtel de Ville s’est transformée en catwalk pour un défilé de mode orchestré par Maroussia Rebecq, fondatrice et directrice artistique de la marque de prêt-à-porter Andrea Crews, pionnière de l’upcycling. Intitulé “99 vêtements populaires”, ce défilé a été imaginé en collaboration avec Leboncoin.

Le parvis de l’Hôtel de Ville a quant à lui été investi par Ugo Schiavi. Cet artiste s’approprie et réinterprète, à travers les techniques de l’empreinte et du moulage, des morceaux de statues qu’il choisit dans l’espace public. Il présentait pour l’occasion  “Soulèvement”, une réplique du “Triomphe de la République” située Place de la Nation.

A la Villette

L’artiste et ingénieur, Fabien Léaustic, a réalisé “Geysa”, un geyser d’eau et d’argile rouge dans une fontaine à proximité de la Cité des Sciences et de l’Industrie. L’irruption aléatoire du jet atteignait 20 mètres de hauteur.

Et pour finir, la géode a été transformée en une bobine Tesla géante balançant des piques électriques dans un épais brouillard. Imaginée par l’artiste et ingénieur TremensS, cette installation monumentale est en fait une reproduction de la Tour Wardenclyffe, ce fameux laboratoire où Nikola Tesla expérimentait la transmission d’énergie sans fil.

Bonne nuit …

crédit photo : Fréderic CLAD/THE FARM

 

  •   + | share on facebook