Tandis que l’Occident capitaliste usait de ses vacances dans une logique consumériste de décadence, les sanatoriums étaient le rendez-vous de prédilection des populations de l’ex URSS. L’ouvrage Holidays in soviet sanatoriums ,de Maryam Omidi et illustré par un groupe de photographes, se propose de nous éclairer sur l’une des reliques les plus curieuses de la Russie soviétique. 

Originellement construits au début du XXème siècle pour lutter contre la “peste blanche” de l’époque -la tuberculose-, les sanatoriums perdirent vite leur utilité avec l’arrivée massive des antibiotiques en 1950. Toutefois, il n’en alla guère de même en ex URSS. En effet, les bâtiments d’une modernité d’ailleurs assez étonnante pour l’époque, se multiplièrent de l’Arménie à l’Ouzbékistan jusqu’aux années 1980. Il ne s’agissait plus de soigner les tuberculeux, mais d’offrir un lieu de repos revigorant aux travailleurs modestes.

Naftalan, Azerbaijan, luminotherapy_Claudine Doury

Naftalan, Azerbaijan, luminotherapy, Claudine Doury

“Au carrefour de l’institution médicale et du SPA, les sanatoriums formaient une part intégrante de la visée politique et sociale soviétique”

– Maryam Omidi

Foros, Crimea_Michal Solarski

Foros, Crimea, Michal Solarski

Les sanatoriums présentés dans l’ouvrage avaient vocation à améliorer la productivité des salariés par une communion avec la nature et tout un panel de soins thérapeutiques parfois assez saugrenus. A la carte, douche à l’eau au radon ou séjour dans des grottes de sel souterraines.

Matsesta, Sochi, mineral water bath_Dmitry Lookianov

Matsesta, Sochi, mineral water bath, Dmitry Lookianov

Aurora­­, Kyrgyzstan_Egor Rogalev

Aurora­­, Kyrgyzstan, Egor Rogalev

Le livre regroupe 45 sanatoriums en tout et en expose les traitements dans un souci pédagogique. Mais les photographies elles-même ont également des qualités esthétiques et informatives certaines. En effet, la décoration intérieure, le design, l’architecture et les panoramas des emplacements valent à eux seuls le coup d’oeil.

“Les sanatoriums soviétiques sont parmi les bâtiments les plus innovants, et parfois les plus esthétiques, de leur époque” – Maryam Omidi

Druzhba, Crimea_Michal Solarski

Druzhba, Crimea, Michal Solarski

Alors que ces institutions, dans leurs heures de gloire, reçurent plusieurs millions de citoyens soviétiques par an, la plupart d’entre elles sont aujourd’hui en déclin, sinon carrément abandonnées. Certaines, toutefois, restent encore des lieux très appréciés par la population.

Suction cups therapy at Kepez sanatorium, Azerbaijan

Suction cups therapy at Kepez sanatorium, Azerbaijan

Rodnik, Russia_Dmitry Lookianov

Rodnik, Russia, Dmitry Lookianov

Aurora­­, Kyrgyzstan_Egor Rogalev

Aurora­­, Kyrgyzstan, Egor Rogalev

Naftalan, Azerbaijan, Crude oil bath_Claudine Doury

Naftalan, Azerbaijan, Crude oil bath, Claudine Doury

Salt mine, Belarus_Egor Rogalev.jpg

Salt mine, Belarus, Egor Rogalev

Sanatoriums book

Sanatoriums book

Le livre est disponible chez l’éditeur Fuel Design

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook