Belle clairvoyance que celle de l’artiste londonien Tristan Pigott. Avec une ironie mordante marquée par le surréalisme et le jeu de perspective, il peint les écueils d’une certaine contemporanéité ; celle de la jeunesse aisée occidentale.

Tristan-Pigott-virtute (2)

En 2014, Tristan arborait un réalisme aux teintes sobres illustrant des scènes de vie (dégustation d’oeufs sur le plat, maquillage au coin du lit,..). Mais à partir de 2015, et tout particulièrement dans le cadre de son exposition Juicy Bits à la Cob Gallery de Londres en 2017, Tristan s’oriente vers une esthétique plus pop, qui prend parfois l’allure de nature morte.

Si la forme diffère, le projet reste toutefois similaire : souligner, avec humour et bienveillance, les étranges affres des solitudes caractéristiques de l’époque consumériste et narcissique qui est la nôtre.

Tristan-Pigott-virtute (3)

Avec ces toiles dérangées, Tristan rappelle que quelque chose cloche dans nos manières de vivre. Les protagonistes (souvent inspirés des canons du mannequinnat d’ailleurs) louchent, échouent à communiquer, et se ridiculisent dans leurs meilleures postures. Une satire nécessaire et efficace, qui a le mérite de ne jamais verser dans la moralisation.

Tristan-Pigott-virtute (4)Tristan-Pigott-virtute (5)Tristan-Pigott-virtute (6)Tristan-Pigott-virtute (7)Tristan-Pigott-virtute (12)Tristan-Pigott-virtute (8)Tristan-Pigott-virtute (9)Tristan-Pigott-virtute (10)Tristan-Pigott-virtute (11)

(© Tristan Pigott)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  •   + | share on facebook